Le point sur le web designer


Web designer ou Designer web



 

Le web designer, ce qu’il ou elle fait est un art oui, celui sans qui les sites web n’auraient pas d’âme.

 

Avant de commencer à entrer dans le vif du sujet et à vous expliquer en quoi consiste ce métier de l’art numérique, il serait important de savoir exactement comment il se nomme, car voyez-vous, il possède, et je dis « il » faisant référence au métier (quoique cela n’est rien en rapport au fait que l’on puisse être autant une femme qu’un homme pour l’exercer) et bien le web designer à de nombreuses dénominations.

 

Vous le retrouverez sur l’orthographe le plus couramment usitée sur la toile, c’est le Webdesigner, ou Designer d’interfaces web, ou bien encore Designer web, et le web designer, enfin quel que soit la manière dont on l’épelle, cela reste du design de site et d’interface web et il est l’un des rouages essentiels dans la construction d’un site web.

 

 

Zoom sur le web designer



 

Donc le webdesigner (web designer) est une personne étant en charge de la conception à la réalisation du design d’un site web, comprenant bien entendu chacune des interfaces du site en question, telle que le définit le portail des métiers sur le web (http://metiers.internet.gouv.fr/metier/webdesigner) du ministère français.
Mais entrons surtout dans le vif du sujet, car ce métier est bien plus complexe que la simple conception graphique de pages web. Dans toute forme d’art, on l’associe toujours à une personne créative et innovatrice, mais dès que l’on se situe sur un plan professionnel, il faut faire face aux besoins du propriétaire du site en question et des contraintes spécifiques sur le plan ergonomique.

 

Les différents aspects du web designer

 

Il a la charge de créer et de réaliser tous types d’éléments graphiques, en voici quelques exemples :

 

Création d’illustrations.
Création de bannières.
Animations flash.
Création de logos, etc.

 

Son rôle est essentiel dans la création d’un site il est celui qui lui donnera son identité visuelle, pour cela, le site doit être attractif, fluide et agréable à regarder et à parcourir.
Ses connaissances et compétences sont assez diversifiées, au vu des spécificités liées à ce métier de web designer, il doit posséder une grande sensibilité graphique et visuelle (élément primordial et spécifique à ce job), une bonne organisation et une autonomie alliée à une rigueur nécessaire pour ses créations.

 

Comme dans pratiquement toutes sortes de métier, il se doit d’être diplomate (plus facile à dire qu’à faire suivant son interlocuteur), pouvoir respecter les délais énoncés au préalable.

La partie compétence est plus technologique, pour ses créations il lui faut maitriser différents outils, pour l’image (les différents logiciels d’Adobe : Photoshop, Fireworks et Illustrator), pour la création d’animation (Adobe Flash) et pour ce qui touche le développement (logiciels Adobe : Dreamweaver avec le HTML et CSS, Image Ready et After Effect).
Mais ce n’est pas tout il lui faut savoir utiliser convenablement les intégrations XML, JavaScript et bien d’autres encore.
Il lui est nécessaire de pouvoir identifier le profil type à laquelle s’adresse le site, afin d’orienter convenablement son design, pouvoir ensuite élaborer et participer au cahier des charges correspondant à son identité visuelle avec les polices de caractères et jeux de couleurs, les éléments graphiques et les choix d’illustrations.
Bien sûr il devra c’est assez courant réajuster lors de la mise en ligne et au besoin faire les mises à jour et en assurer la maintenance si cela était explicitement demandé lors de l’établissement du contrat entre le web designer et le propriétaire du site.
Et le tout en sachant qu’il lui faut être patient dans les échanges avec les différents professionnels attachés au projet, être capable d’accepté la critique, mais aussi s’imposer quand il est nécessaire.

Pas si facile d’être un web designer.

 

La fin du web designer

 

En conclusion si vous pensiez que le fait d’être derrière un écran puisse facilitez les échanges professionnels, eh bien non comme tous les métiers qu’ils soient sur le web ou pas, les astreintes sont les mêmes, et la valeur des comportements et des attitudes sont identiques.

 

Cela reste un beau métier souvent peu considérer par ses pairs et pourtant ils ou elles sont essentielles dans la conception d’un site et avec l’émergence de certains pays, la valeur du travail d’un web designer est de plus en plus revue à la baisse, pouvant aller jusqu’à quatre fois moins chères.

 

Cette problématique certes n’est pas uniquement réservée qu’au web designer, mais déjà ce professionnel se doit d’être compétitif pour se démarquer, car en règle générale, seules les grosses entreprises font appel à ces professionnels, de nos jours un webmaster avec quelques thèmes, peu créer une identité à votre site (bon c’est un peu simplifié, mais c’est pour une idée générale), alors pourquoi payer un web designer en plus.

 

Il est parfaitement possible que ce métier finisse par plus ou moins disparaitre faute de pouvoir gagner convenablement sa vie avec cette profession.
Par exemple au Canada, le web designer est de plus en plus mise sur une voie de garage, les grandes sociétés ou agences font de plus en plus appel à une polyvalence d’intégrateur web, un savant mélange d’intégrateur avec une touche de développeur et un soupçon de gestionnaire de projet.
Quelles sont les solutions pour éviter cette dramatique disparation ?
Designer d’interfaces web ou web designer est-il un métier qui a encore un avenir ?
Ce professionnel doit-il évoluer ?
Quelles sont exactement les directions qu’il se doit de prendre pour qu’ils puissent toujours être d’actualité ?

 

Le commencement de la fin du webdesigner

Les commentaires directement sur le forum

Guide pour conception de site web d'autres informations d'optimisation